Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
La route en hiver

Des moyens adaptés aux climats

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 21 novembre 2016

Vous pouvez consulter les conditions de conduite hivernales actuelles.

Dans les départements du Centre-Ouest, il n’est pas rare de rencontrer des épisodes neigeux de faible ampleur. L’analyse climatologique est une aide indispensable pour déterminer les moyens à mettre en oeuvre.

Les grandes zones climatiques permettent d’allouer les moyens nécessaires pour traiter les hivers les plus fréquents. Une analyse continue des prévisions permet de déclencher au meilleur moment les actions visant à maintenir ou rétablir des conditions normales de circulation.

Cependant, les épisodes climatiques ne peuvent pas toujours être anticipés par la prévision météorologique.

La prévision météorologique des événements

Un contrat passé avec un prestataire de services spécialisé permet d’accéder à des prévisions fines, grâce à des stations météo réparties sur le périmètre d’intervention.

Cette prévision régulière permet de déclencher au meilleur moment les moyens nécessaires : des patrouilles spécifiques en dehors des heures de service (le plus souvent dès 4 ou 5 heures le matin) ; des traitements préventifs ou pré-curatifs.

Les zones climatiques hivernales

La France est divisée en cinq zones de rigueur hivernale, selon la moyenne annuelle de jours d’intempéries avec neige et de verglas tenant sur la route.

Le réseau de la DIR Centre-Ouest est majoritairement concerné par un hiver "peu rigoureux" (de 10 à 30 jours par an) . Une petite partie, mais la plus fréquentée (l’A20 de Bessines à Masseret, la RN 145 de Montluçon à Guéret), est classée en hiver "assez rigoureux" (jusqu’à 50 jours par an) ; une autre partie (essentiellement RN21 et RN 149) est en hiver "clément" (moins de 10 jours).

Les moyens alloués à chaque centre d’intervention tiennent compte de la zone climatique et doivent lui permettre de traiter les situations courantes, c’est à dire habituelles pour cette zone. Les centres peuvent maintenir à tout moment des conditions minimales de circulation ; ils s’engagent sur un retour à la normale dans un délai fixé.

Il arrive cependant que des événements météorologiques exceptionnels dépassent le classement climatique habituel de la zone considérée : les capacités de traitement sont surpassées. On entre alors en situation de crise hivernale.